Quelles dérives dans le monde post-coronavirus ? Réflexions de l’historien Khaled Fahmy

Le Qatar a récemment promulgué de nouvelles mesures dans la lutte contre le Covid-19. Parmi celles-ci, une sanction pouvant s’élever jusqu’à 3 ans de prison pour ceux qui ne portent pas le masque, rendu obligatoire dans l’espace public. Jusqu’à 3 mois de prison au Maroc. Manque de transparence et renforcement de la répression reprochés au gouvernement égyptien, instaurations de couvre-feux ou encore situations précaires dans les prisons. Le monde arabo-musulman semble menacer d’un regain d’autoritarisme sous prétexte de crise sanitaire. Les propos de l’historien égyptien Khaled Fahmy, rapportés dans le Courrier International du 26 mai, rejoignent cette observation.

Que ce constat, qui sera probablement relayé par les ONG et les médias occidentaux aux fils des mois prochains, n’occulte cependant pas les mesures autoritaires, voire pour certaines liberticides, mises en place en Europe : confinement qui rimait avec privation de la culture et des relations sociales – de ce qui contribue à l’humanité donc, isolement des personnes âgées, fermetures des frontières à l’intérieur de l’espace Schengen, tracing, présence policière et militaire accrue dans les lieux publics, imposition du port du masque etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.