Le Black Lives Matter, nouvel exemple de l’indispensable travail de déconstruction des stéréotypes

Depuis quelques jours, à la suite du décès de George Floyd, des manifestations de soutien au mouvement Black Lives Matter s’expriment dans de nombreux pays. A Bruxelles, environ 10 000 personnes se sont rassemblées le 7 juin devant le Palais de Justice pour dénoncer les violences policières et le racisme.

A cette occasion, de nombreux slogans et discours soulignaient les liens entre les violences raciales rencontrées dans nos sociétés et le passé esclavagiste et colonial de ces dernières. En Belgique, ce débat, loin d’être nouveau, se cristallise notamment autour de l’enseignement de la colonisation et de la présence des statues de Léopold II dans l’espace public. Ailleurs, ce sont les statues d’hommes politiques, d’esclavagistes ou encore de Christophe Colomb qui sont contestées.

Une réflexion de fond entre les manifestations actuelles du racisme et leurs tenants historiques semble dans ce contexte plus que jamais nécessaire. En effet, les discriminations subies par les communautés dites minoritaires, si elles comportent bien souvent une dimension socio-économique non négligeable, sont aussi les résultantes d’une perception de l’Autre empreinte de constructions mentales ancrées dans les imaginaires collectifs sur le long terme : par exemple, la conception de l’esclave subsaharien et les images d’enfants faméliques diffusées lors des diverses crises alimentaires contribuent tout autant à la construction d’une catégorie assignée « afrodescendante » dans les sociétés occidentales. Il en va de même pour les communautés musulmanes, dont les clichés orientalisants et les images de terroristes islamistes, entre autres, se mêlent dans l’imaginaire collectif actuel.

Dès lors, au-delà de l’étude des mouvements esclavagistes et coloniaux, l’analyse historique de la formation des stéréotypes et des représentations de l’Autre témoigne de l’importance du rôle de l’historien dans le débat public. En effet, la déconstruction de ces stéréotypes, indispensable à la lutte contre le racisme, ne peut se faire qu’à l’aide une perspective historique : d’où viennent ces représentations ? Comment se sont-elles créées ? Sur base de quels imaginaires ? Comment ont-elles été diffusées ? A quel public ? Comment évoluent-elles au fil du temps ? De même, la complexité du vocabulaire présent dans les discours racistes et antiracistes mérite la compréhension de pareils termes, souvent lourds de sens, dans leur dimension historique (notion d’antisémitisme, de race, d’islamophobie etc.).

En outre, il convient que ces recherches soient diffusées au sein de la société, notamment via l’enseignement obligatoire. En effet, dans une société de plus en plus multiculturelle, l’enseignement de l’histoire des communautés dites minoritaires semble indispensable pour offrir aux jeunes des outils de compréhension solides de la société dans laquelle ils évoluent. En Belgique, l’enseignement du passé colonial au Congo constitue actuellement un des points majeurs des réflexions au sein du monde éducatif. Il devrait en être de même pour l’histoire des migrations ou l’histoire du genre, pour ne citer qu’elles. Par ailleurs, la diffusion du savoir historique au large public passe aussi par les musées et expositions (d’où l’importance de leur valorisation et leur accessibilité), les médias (diffusion d’articles, de documentaires, de podcasts … ), les activités d’asbl et de collectifs locaux, le soutien de la sphère politique etc.

Les travaux d’historiens et leur diffusion constituent donc probablement une des clés de la formation d’un discours antiraciste, et plus généralement anti-discriminant, pertinent basé sur un savoir critique et aussi objectif que possible. L’actuelle urgence à (re)penser les discriminations souligne l’importance de la recherche fondamentale et le rôle que des chercheurs en sciences humaines -historiens, philosophes, littéraires, sociologues … – tiennent dans le débat public.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.