Les récits de voyage en Orient : une source inépuisable

A l’heure où un petit virus invisible à l’oeil nu ferme les frontières et freine à de nombreux projets de voyages, la lecture de récits de voyage médiévaux permet de s’évader quelque peu.
Et oui, l’homme du Moyen Age voyageait et les sources conservées attestent de périples parfois fort longs, aux motivations diverses : pèlerinages, commerce, ambassades, espionnages, expéditions militaires ou encore géographiques.

Parmi ces récits, de nombreux relatent des voyages entrepris vers l’Orient, le plus célèbre étant probablement celui de Marco Polo. Petit focus sur ces documents et leurs apports.

Du témoignage individuel 

Je ne révolutionnerai pas la connaissance en affirmant que l’être humain, depuis toujours, communique, et ce de diverses manières. Aucune surprise donc à constater que depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, l’expérience du voyage est l’objet de discours, oral ou écrit, destiné à un public plus ou moins large. En ce sens, les récits de voyage médiévaux peuvent être lus presque comme un journal personnel retraçant les étapes d’un périple et ses faits marquants et décrivant les lieux visités et rencontres vécues.

Ces histoires doivent bien sûr être soumises à la fameuse critique historique, un certain nombre d’idées préconçues et de centres d’intérêt pouvant biaiser le témoignage : ainsi, un récit de pèlerinage en Terre Sainte se concentrera presque exclusivement sur les vestiges de l’Antiquité chrétienne présents dans la région et la relation d’une ambassade présentera une cour orientale bien souvent luxueuse, voluptueuse et oisive. Cependant, ces biais, en répondant à certains topos du voyageur et de son public, nous apportent de précieuses informations sur la perception qu’un individu ou groupe social défini pouvait se faire du monde oriental à une certaine époque. En effet, et ce quelque soit l’époque, le voyage se rêve avant d’être vécu, pour devenir ensuite l’objet de souvenirs racontés. Souvenirs souvent sélectionnés, modifiés voire idéalisés, consciemment ou non. Il convient également de garder à l’esprit que ces écrits répondent à des attentes stylistiques et des schémas narratifs récurrents propres à leur contexte spatio-temporel.

Par ailleurs, un certain nombre d’observations du voyageur, notamment d’espions ou d’ambassadeurs, qu’elles soient politiques, culturelles, sociales, économiques ou encore religieuses, permettent apporter des informations parfois très précises sur la réalité des régions parcourues. Il peut alors être intéressant de confronter ces informations d’un récit à un autre pour en constater leur originalité ou leur caractère permanent.

Au Lonely Planet avant l’heure

Nombreux sont également les récits de voyage dont l’introduction de l’auteur indique très clairement la volonté de proposer au lecteur « des trucs et astuces » si l’aventure le tente. Cette observation est particulièrement vraie pour les récits de pèlerinage qui proposent des listes de ce qu’il convient d’emporter pour le voyage, des sites à parcourir, des dangers dont il faut tenir compte (météo, arnaques …), des étapes à suivre et distances à franchir etc.

Si ces informations se révèlent bien pratiques pour les lecteurs, elles ont conduit à l’élaboration de récits similaires les uns aux autres, les auteurs s’inspirant et se copiant les uns les autres (au final, ceci n’est pas si éloigné des guides de voyage actuels qui d’une édition à une autre conservent une structure, voire un contenu, similaire). Cette construction narrative des récits de pèlerinage a probablement pu contribuer à l’élaboration d’une représentation atemporelle de l’Orient considéré comme Terre sainte mais occultant complètement ou presque les réalités sociales, culturelles ou encore politiques que le voyageur a pourtant dû expérimenté.

La personnalité de l’auteur

Si la motivation du voyage (espionnage, pèlerinage …) est susceptible d’amener à un discours relativement convenu, il ne faut pas en déduire que l’auteur est complètement effacé derrière son propos. En effet, si on se concentre sur les récits du 15e siècle (pour parler de ce que je connais un minimum), l’auteur truffe son récit de remarques personnelles, que ce soit en décrivant son ressenti ou en racontant des petites anecdotes et aventures de voyage (citons entre autres exemples les rencontres bibitives d’un envoyé bourguignon, Bertrand de la Broquière, avec des Turcs) ou des histoires locales entendues et répétées par le voyageur (ainsi la description de pratiques pour le moins cocasses du harem du Caire par un autre voyageur bourguignon).

Ces divers propos ne rendent que plus humains des textes anciens qu’on a parfois tendance à ne considérer que comme un matériau de recherche, oubliant qu’ils ont été écrits par un individu à part entière.

La réception de ces récits

Enfin, si un témoignage est mis par écrit, il apparait fort logique que celui-ci soit destiné à un public déterminé. Certaines mentions dans l’introduction ou la conclusion d’un auteur permettent de définir qui était demandeur et/ou receveur de la relation de voyage. De plus, les marques de propriété apposées sur les manuscrits et les inventaires d’anciennes bibliothèques permettent de déterminer des cercles de lecture probables. L’intérêt n’est pas négligeable : ainsi par exemple, l’étude de la composition de l’ancienne bibliothèque des Ducs de Bourgogne révèle un goût certain de ses possesseurs pour les textes abordant l’Orient (récits de voyage, romans, chroniques …). En plus de cet intérêt, on peut raisonnablement déterminer les groupes sociaux dans lesquels certaines représentations de l’Orient circulaient voire, dans un deuxième temps, comparer ces représentations entre groupes sociaux différents (par exemple la cour des Ducs de Bourgogne et les milieux dirigeants de la République de Venise).

 

Ainsi donc, les récits de voyage médiévaux constituent pour les historiens une source de documentation particulièrement riche. Dégager des schémas narratifs traditionnels ou des éléments constitutif d’une perception de l’altérité, retrouver l’expression de la personnalité de l’auteur ou encore étudier la réception et l’influence que ces discours ont pu avoir, parfois plusieurs siècles après leur rédaction … autant d’aspects autorisant des recherches presque sans fin.

Et qui sait, peut-être que dans quelques temps, des historiens se pencheront à leur tour sur nos blogs et autres pages Instagram et Facebook relatant nos multiples voyages 🙂

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.