Les mondes musulmans, quésako ?

L’imaginaire collectif délimite bien souvent, avec l’expression « monde arabo-musulman », un espace s’étendant de l’Afrique du Nord au Proche-Orient. Cet espace est porteur d’images orientalisantes plus ou moins consciemment ancrées dans de nombreux systèmes représentatifs occidentaux.

Cependant, il ne constitue qu’une des composantes possibles du champ d’études des mondes musulmans : l’espace turc et les anciens territoires ottomans, l’Iran, l’Asie centrale, le sous-continent indien, l’Indonésie, une partie de l’Afrique subsaharienne … autant de régions qui proposent une déclinaison du « monde musulman » selon leurs propres spécificités et modalités. Ce constat justifie l’emploi de l’expression au pluriel « mondes musulmans » afin de mettre en évidence cette diversité et éviter toute vision réductrice.

Il s’agit donc bien de cette variété que ce carnet de recherche entend mettre en évidence. A titre d’exemple, mes recherches tendent de définir les représentations de l’altérité musulman dans les Pays-Bas bourguignons du 15ème siècle. Ces représentations (attention, petit spoiler qui sera approfondi dans un prochain article) semblent, au stade actuel, distinguer deux altérités musulmanes : l’une arabe (le Sarrasin) et l’autre ottomane (le Turc).

D’une certaine manière donc, les articles proposés ici pourraient apporter quelques éléments de réflexion pour requestionner une perception des mondes musulmans encore souvent teintée de clichés orientalisants et réducteurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.